Programmation 2009 PDF Imprimer Envoyer

De corps et d'autres territoires

Du 29 mars au 31 mai 2009

Deux artistes, deux univers à découvrir dans cette exposition où se font écho les effets visuels issus de nouvelles technologies de Philippe Boissonnet et les installations de l'imager Yves-Laurier Beaudoin, autour de la représentation du corps humain.

Philippe Boissonnet : L'image fragilisée du monde

Présent sur la scène artistique du Québec depuis 1983, ses recherches en dessin copigraphie, holographie, installation et dispositifs interactifs ont progressivement conduit Philippe Boissonnet à remettre en question le statut de l'image et celui de son mode de perception. Se situant à la croisée de deux problématiques, d'une part la représentation [...] et d'autre part, l'événementiel, [...] l'artiste tisse toujours des relations allant de la conscience des limites individuelles à la conscience des limites collectives de ce qui est intermédiaire, transitoire, relatif, inachevé, insaisissable. En d'autres mots, il met en scène ce qui échappe toujours à nos certitudes, ce qui se glisse dans l'entre-deux des grandes dualités, ce qui amène le regardeur vers un décentrement du point de vue, vers une «intersubjectivité». Source : Philippe Boissonnet, 2005.

Yves-Laurier Beaudoin: Fragments de mémoire

«C'est par le biais de la photographie et du moulage sur nature que je procède. De par leur qualité d'empreinte, ces deux procédés partagent une même valeur de document, témoignage sans équivoque d'une existence passé transposée en image ou transformée en matière. L'Empreinte attire notre attention, capte notre regard, du fait de l'envoûtante et énigmatique beauté d'une forme qui existe entre elle-même tout en entretenant un inévitable dialogue avec son origine propre. Cette double réalité de l'empreinte, à la fois présence et absence, est la raison même de son mystère. Je fragmente le corps, le mien et celui de mes proches, en redisposant tous ces doubles de notre existence dans des dispositifs modulaires. Reconstitutions partielle de corps réels, mes œuvres posent un regard singulier sur la représentation, la présence de ce qui est montré laissant deviner ce qui est absent. [...] Représenter le corps s'inscrit dans la figuration du réel et c'est autour de ses règles et mécanismes que ma pratique se développe.» Source : Yves-Laurier Beaudoin 

Jean-Paul Riopelle | L'imprévisible aventure

Du 11 juin au 6 septembre 2009

L’année 2009 marquant le 400e anniversaire du passage de Samuel de Champlain sur la rivière Richelieu, le Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire a voulu souligner cet événement important de notre patrimoine. Nous avons donc cherché, à même l’histoire de l’art du Québec, un artiste qui avait revêtu l’étoffe de l’explorateur et du pionnier, à l’image de Champlain. Le nom de Jean-Paul Riopelle s’est imposé de lui-même; l’artiste ayant repoussé les limites de la création et défriché de nouvelles avenues pour ses successeurs. L’exposition Jean-Paul Riopelle | L’imprévisible aventure entraînera le public dans la découverte d’un fragment important de la production de cet artiste hors normes par le biais d’une trentaine d’estampes issues de la collection du Musée. Citons entres autres Parler de corde, Album 67, les Suite Tabou et Radisson, Joute, Ombre verte ainsi que des œuvres tirées du Bestiaire, toutes produites dans les décennies soixante et soixante-dix. Ces oeuvres sont les témoins de la grande aventure amorcée par Riopelle dans l’univers de la gravure. Cette exposition a été rendue possible grâce à ENCADREMENTS MONT-SAINT-HILAIRE, VITRERIE ROULEAU, HYDRO-QUÉBEC et DESJARDINS CAISSE DE BELOEIL-MONT-SAINT-HILAIRE.

L'art pour tous - Tous pour l'art 2009

Du 18 septembre au 4 octobre 2009

L'exposition concours du Musée est l'occasion de réunir chaque automne 150 créateurs issus  des arts visuels locaux et régionaux. La tradition se poursuit pour une 19e année, alors que 2009 revêt une couleur particulière en soulignant le 400e anniversaire du passage de Samuel de Champlain dans notre région. La 19e édition sera fera donc sous le thè me du métissage.

Ivanhoë Fortier, 50 ans de présence

Du 11 octobre 2009 au 03 janvier 2010

Première rétrospective à couvrir une aussi grande période de création, le public pourra apprécier les travaux réalisés par Ivanhoë Fortier en sculpture, mais également ses œuvres picturales, produites entre 1966 et 2007. Reconnu davantage comme un sculpteur mais très peu à titre de peintre, le Musée souhaite mettre en évidence toutes les facettes de sa création par le biais de cette exposition. Avec un parcours unique, Ivanhoë Fortier a toujours maintenu sa préoccupation première de se laisser inspirer d'abord par le matériau. L'honnêteté du geste et le respect des qualités inhérentes des matériaux sont au cœur même de son processus de création, chaque recherche répondant à un besoin personnel du moment. Le bois, le métal soudé, la pierre calcaire, la fibre de verre, le plâtre, l'aluminium et le styromousse, tous ont été employés par l'artiste à un moment ou un autre dans des sculptures où les jeux de texture font écho à la qualité des volumes et où la force de la ligne, élément omniprésent dans son travail, se conjugue à l'organisation spatiale des plans. À soixante-dix huit ans, Fortier a réussi à réaliser une œuvre cohérente et originale qui mérite d'être diffusée et notre institution est fière d'y contribuer.

 

MUSEALES-logo  MSH Nature Coul    desjardins_beloeilmsh