Ozias Leduc (1864-1955) PDF Imprimer Envoyer

Ozias Leduc est l'un des peintres québécois les plus importants de la première moitié du XXe siècle. Ozias Leduc nait le 8 octobre 1864, deuxième enfant d'une famille nombreuse et modeste, qui vit de la culture des pommiers et des travaux d'ébénisterie du père. Ses parents, Antoine Leduc et Émilie Brouillette donnèrent naissance à dix enfants dont quatre moururent en bas âge ou dans leur enfance. Sa mère était une habile couturière, douée d'une grande sensibilité et d'une curiosité intellectuelle très vive, qualités qu'elle transmettra à son fils Ozias d'une nature plutôt timide et réservée.

Son passage de l'enfance à l'art s'est fait de façon imperceptible. Leduc amorce sa carrière de peintre vers 1883, alors qu'Adolphe Rho (1835-1905) et Luigi Cappello (1843-1902) l'engagent comme assistant et l'initient à la décoration d'église. Il connaît entre 1893 et 1955 une carrière prolifique et conçoit les décors pour une trentaine de lieux de culte de l'est du Canada et des États-Unis. Un de ses décors les plus connus est d'ailleurs celui de son église paroissiale, Saint-Hilaire (1895-1900). Ami d'artistes, de musiciens et de poètes célèbres, il peint, illustre des oeuvres et rédige ses réflexions sur l'art. Il demeure cependant en marge des courants à la mode.

Leduc prend aussi sous son aile un autre peintre natif de Mont-Saint-Hilaire, Paul-Émile Borduas (1905-1960). La carrière d'Ozias Leduc l'amène à voyager et à vivre temporairement à l'extérieur. Toutefois, tant ses figures allégoriques ou historiques, ses portraits, que ses natures mortes, s'inspirent de la localité qui demeure son port d'attache. Avec le temps, l'atelier Correlieu construit en 1890 va acquérir un caractère mythique pour tous les visiteurs qui faisaient le pèlerinage jusqu'à l'endroit où vivait et travaillait l'artiste. L'atelier était devenu un lieu de rencontre et de discussion d'une élite montréalaise. Ozias Leduc était très hospitalier. Au cours des années 1940 et 1950, alors qu'il était devenu une véritable légende, il recevra de jeunes artistes modernes comme Paul-Émile Borduas, Jean-Paul Riopelle, Fernand Leduc, Françoise Sullivan, Ulysse Comtois et Noël Lajoie.

Le 24 décembre 1954, Ozias Leduc tombe malade soudainement. Il est alors hospitalisé à l'Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe où il mourra le 16 juin 1955. Il est enterré à Mont-Saint-Hilaire le 20 juin.

Ozias assis devant pommier

Source : Les maisons Ozias Leduc, Pierre Lambert, 2010

 

MUSEALES-logo  MSH Nature Coul    desjardins_beloeilmsh